Le baromètre français de la science ouverte

Le baromètre français de la science ouverte

INTRODUCTION

Le sujet de mon propos fait référence à un article paru dans Ouvrir la science le 21/10/2019.

Ce sont des données de départ qui seront mises à jour régulièrement sur le site pour voir l’évolution des pratiques de l’open access en France. Il s’agit de faire un état des lieux.

METHODOLOGIE

Nous sommes en 2019. Les données que le baromètre a pris en compte couvrent la période de 2013 à 2017.

Les publications de Recherche analysées l’ont été avec l’outil unpaywall et ne sont recensés pour l’instant que les productions ayant un DOI.

Nous distingueront dans les tableaux qui suivent deux types de publications ouvertes en fonction de l’hébergement : celles disponibles en accès ouvert chez l’éditeur et celles sur archive ouverte.

La méthodologie détaillée est sur HAL

Les résultats ont été mis à jour en avril 2019

ANALYSE

Archive ouverte ou Hébergement éditeur

L’accès en archive ouverte sans hébergement chez un éditeur n’est que de 16% alors que l’open access éditeur représente 24 % des publications

Au total, 41% des publications de la Recherche est quand même en accès ouvert contre 59% en accès fermé

Globalement, on notera que les chercheurs préfèrent un hébergement éditeur plutôt que déposer leur travail sur une archive ouverte.

Quelle est la perception par les chercheurs de l’archive ouverte ?


Progression de l’accès ouvert

En observant le second tableau concernant le nombre exact de publications en accès ouvert, on note une progression lente mais régulière de 116624 à 132270 de 2013 à 2017. En quatre ans, on a progressé de 15646 publications soit 3911 publications / an, soit environ 24 %

Les pratiques par disciplines

En regardant les différentes disciplines, on constate que les disciplines scientifiques mathématiques, informatique, physique, astronomie et sciences sont très présentes en archive ouverte, hors éditeur.

Les sciences dures sont des disciplines qui évoluent vite et où le critère temps est important en terme d’efficacité. La voie verte est un très bon outil de dissémination des savoirs et d’échange entre chercheurs dans ces disciplines.

A l’inverse, les sciences humaines et sociales passent plus par les éditeurs (voie dorée)

Deux cas particuliers : la biologie et la recherche médicale. Les chercheurs de ces domaines publient avant tout dans les revues et beaucoup moins directement sur archive ouverte.


Taux accès ouvert par éditeur

Enfin, si l’on regarde le taux d’accès ouvert par éditeur : EDP sciences, IOP publishing et Openedition représentent le trio de tête. Cependant, il faut nuancer. Si Openedition possède un taux de 64.9% d’accès ouvert, la voie verte elle, ne représente chez cet éditeur que 2.2 %.

A l’inverse, IEEE avec ses 38.6 % d’hébergement en archive ouverte hors hébergement éditeur fait le choix d’un accès libre et ouvert pour la totalité de ses publications


Synthèse

Plus globalement, 78106 publications (articles, chapitres, proceedings) restent en accès totalement fermé.

La pratique de l’accès ouvert “éditeur” reste majoritaire (30883 publications) face à l’accès ouvert “archive ouverte” (19297 publications)

CONCLUSION

Au vu de ces chiffres, on peut se dire que l’accès ouvert est en bonne voie. Les pratiques se mettent en place lentement mais sûrement. En considérant que le chercheur de 2020 et années postérieures sera noté en fonction de sa pratique de publication, l’accès ouvert devenant fortement conseillé voire obligatoire), à n’en pas douter que ces premiers chiffres vont évoluer.

Pour l’instant la voie dorée semble rester une pratique majoritaire suivie plus loin par la voie verte.

A nous bibliothécaires et professionnels de l’information d’encourager cette pratique pour permettre au plus grand nombre l’accès aux résultats de la recherche financés sur fonds publics, c’est à dire nos deniers et la libération d’un Savoir qui se veut toujours plus libre et indépendant de toute pression.

A suivre…

Auteur, texte et mise en ligne : Eliane CAILLOU

Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

One Reply to “Le baromètre français de la science ouverte”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

extra smooth footnotes