La recherche en France

La recherche en France

Logo MESRI

MENU


La politique de recherche en France est placée sous l’égide du Ministre de la Recherche et de l’Enseignement supérieur.

A ses côtés, le Conseil Stratégique de la Recherche. Composé de 26 personnes qualifiées, elles définissent les orientations de l’agenda stratégique de la recherche.

Le Haut Conseil Scientifique de la Technologie. Il est composé de 20 membres qui apportent leur expertise au gouvernement sur les questions relatives à la politique de la recherche scientifique. Ce Haut Conseil est placé auprès du Premier Ministre.

L’ANR (Agence nationale de Recherche). Il s’agit d’une agence de financement de projets de recherche. L’ANR est un établissement public qui s’adresse à la fois aux établissements publics et aux entreprises. Les projets choisis sont financés pour 3 à 4 ans.

Bpi France accompagne les entreprises dès l’amorçage jusqu’à la cotation en bourse. Elle apporte des solutions aux financements à chaque étape du projet.


L’EVALUATION DE LA RECHERCHE

Elle est assurée par le HCERES ( haut Conseil de l’évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur)

C’est une instance indépendante depuis 2003. Elle évalue les activités de recherche en établissement publics et unités de recherche. Elle évalue aussi les formations et les diplômes.


LA RECHERCHE PUBLIQUE

Elle se structure autour de deux opérateurs :

1 : LES ORGANISMES DE RECHERCHE

  • EPST : établissement public scientifique et technique ( CNRS, INRIA, INSERM etc )
  • EPIC : établissement public industriel et commercial ( le CNES, CEA …)

2 : LES FONDATIONS

Pierre et Marie Curie

L’AUTONOMIE SCIENTIFIQUE DES UNIVERSITES (EPSCP) (Etablissement public scientifique Culturel et professionnel)

Depuis la loi ESR, la politique scientifique est définie par la Commission de Recherche et adoptée par le Conseil Administratif de l’Université

La CR donne un avis sur les orientations de la recherche de l’université, de la documentation scientifique et technique et répartit les crédit des recherche. Elle définit les règles de fonctionnement des laboratoires. De plus, elle est consultée sur les projets de création ou de modification de diplôme.


LA RECHERCHE UNIVERSITAIRE

LES UNITES DE RECHERCHE : LA BASE

Ce sont des unités gérées par l’EPSCP. Elles sont évaluées par le HCERES. Elles ont vocation à évoluer vers les UMR (unité mixte de recherche) ou UPR (unité propre de recherche)

  • Les UMR : sont composées d’équipes reconnues par un ou plusieurs organismes de recherche. Elles fonctionnent en unités multi-tutelles avec rattachement à un organisme de recherche. Il s’agit de contractualisation. Il y a co-gestion pour les moyens humains et financiers entre les différentes tutelles
  • Les UPR : ce sont des laboratoires entièrement jugés et évalués par un organisme de recherche mais liés par convention à l’université. Ces laboratoires peuvent par exemple recevoir des subventions de l’université.
  • Les ERT ( équipes de recherche technologique) sont des équipes de recherche qui mènent des recherches en partenariat avec les industriels dans le cadre de projets qui visent à lever les verrous technologiques relatifs à des problèmes qui n’ont pas de solution immédiate.
LPP – Laboratoire de Physique des Plasmas – UMR 7648

LES STRUCTURES FEDERATIVES

Ce sont des regroupements d’unités de recherche qui ont un projet scientifique commun ( Fédération, fédération de recherche, Maison des sciences de l’Homme…)

Les RTRA et RTRS : réseaux thématiques de recherche avancée, de recherche et de soins.

Crées dans le but de mener des projets d’excellence par des chercheurs de très haut niveau et d’unités relativement proches géographiquement, elles ont un statut de fondation de coopération scientifique et sobt des personnes morales de droit privé.

LES PÔLES DE COMPETITIVITE

Il existe pour l’instant 71 pôles. Ce sont des mises en réseaux d’acteurs de l’innovation tels les entreprises et les centres de Recherche.

La démarche est partenariale. Les collectivités territoriales peuvent être associées. L’objectif est de soutenir l’innovation, de favoriser le développement de projets de recherche et, au final, de renforcer la compétitivité française sur le marché international.

L’Etat dans ce cadre, accorde des aides financières aux meilleurs projets lors d’appels d’offre dédiés.

logo Alsace Bio Valley-Pôle de compétitivité

L’ESPACE EUROPEEN DE LA RECHERCHE

Cet espace vise à améliorer l’efficacité du système de recherche au niveau européen, ouvrir davantage le marché du travail pour les chercheurs, promouvoir l’égalité hommes / femmes, favoriser la circulation de l’information par le numérique, donner un accès plus large aux publications de la recherche.

Il faut répondre aux défis sociétaux qui sont aujourd’hui là en favorisant la primauté industrielle liée à l’excellence scientifique

Des domaines de recherche comme la biotechnologie, la nanotechnologie, les technologies énergétiques propres, l’information scientifique et techniques sont primordiaux pour l’avenir. Ils doivent être aidés financièrement

C’est le projet HORIZON 2020 complété par l’EURATOM

Le réseau des points de contact nationaux (PCN) assiste les porteurs de projets et fournit aux communautés scientifiques les informations sur les opportunités de financement.

Horizon 2020. Les étoiles de l’Europe. Ces prix, décernés dans 4 catégories, mettent en lumière 12 coordinateurs de projets et leurs équipes pour leurs travaux européens.

LES INVESTISSEMENTS D’AVENIR (Les PIA)

2 programmes :

Les pôles d’excellence

Les projets thématiques d’excellence

  • Les premiers concernent plus spécifiquement les établissements et les équipements
  • Les seconds concernent les thématiques de recherche favorisées

Financés par le grand emprunt 2010 puis 2014, ils correspondent à des investissements financiers importants de l’ETAT. Des appels à projets sont lancés concernant la construction d’établissements mais aussi d’équipements. Les montants de ces appels à projets sont plus importants que les appels à projet standart. Le but est de renforcer l’attractivité du pays en matière de Recherche scientifique.

LES POLES D’EXCELLENCE

L’Opération Campus

Lancée en février 2008, cette opération visait la rénovation du parc immobilier universitaire français pour faire émerger des campus d’excellence.

Les sites géographiques sélectionnés recevaient une dotation de l’Etat. Les revenus générés par cette dotation ont permis de financer des contrats de partenariat public/privé pour la construction et l’entretien de nouveaux bâtiments et la rénovation des anciens

Le Plateau de Sarclay : campus d’excellence

Campus Paris-Sarclay

Pour compléter l’opération Plan CAMPUS, l’Etat a aussi dégagé une dotation spécifique de 1 million d’euros pour le plateau de Saclay. Il s’agissait de construire un des premiers centres dédiés à l’innovation et à la recherche de pointe en France

Laboratoires d’excellence : LABEX

Les meilleurs laboratoires français se sont vus doter de moyens significatifs pour pouvoir concurrencer leurs homologues internationaux et attirer en France des chercheurs de renommée mondiale.

Un labex est un laboratoire ou un ensemble de laboratoires qui s’allient pour un projet d’envergure internationale de dimension Recherche ET Formation.

2010 et 2011 ont vu des appels à projet et des actions déployées grâce au 1er Programme d’investissement d’avenir

Le second programme d’investissement d’avenir a permis le déploiement d’un nouvel appel à projets en 2014 dans le cadre d’une nouvelle action nommée IDEX /I-SITE.

logo IA

LES IDEFI ET IDEFIN

L’appel à projets du premier programme des Investissements d’Avenir “Initiatives D’Excellence en Formations Innovantes Numériques” (IDEFI-N), ouvert en novembre 2014 prolonge l’effort des IDEFI ( Initiatives D’Excellence en Formations Innovantes ) entrepris auparavant et permet le développement de projets liées aux formations numériques, à la pédagogie innovante, aux nouveaux supports de formation. L’objectif étant de renforcer la qualité des formations dispensées dans les universités et de renforcer leur attractivité pour les étudiants étrangers.

La RHU

L’action “recherche hospitalo-universitaire” prolonge elle -aussi l’effort entrepris lors du 1er investissement d’avenir pour la structuration des équipes de recherche en santé. Le second programme Investissement d’avenir se concentre sur les projets de recherche à fort potentiel d’application rapide dans la vie courante (pratiques des soins production industrielle, mise en oeuvre des politiques publiques)

Les IDEX (Initiatives d’excellence)

5 à 10 pôles d’excellence crées autour de structures de Recherche d’excellence selon une logique de territoire. Ils regrouperont les meilleurs en terme de recherche mais aussi de formation.

Le fonds national de valorisation

Permet d’installer un nombre limité de sociétés qui vont aider à la valorisation de la Recherche sur les sites universitaires. Le but est de professionnaliser ces dispositifs de valorisation appelés SATT

Une SATT ( société d’accélération du transfert de technologie) est l’intermédiaire entre les universités et le monde industriel.

Elle aide les chercheurs pour le dépôt de brevets, le transfert de technologies dans l’industrie, la création d’entreprises.

Les IRT : instituts de recherche technologiques

L’Objectif est de regrouper des établissements géographiquement proches dans le but de faire des campus technologiques d’excellence. L’IRT regroupe des actions de recherche, formation, innovation. On y trouve des établissements de formation, des acteurs industriels, des laboratoires de recherche, des organismes publics ou privés. Ils sont financés à 50 % par l’Etat et à 50 % par d’autres acteurs ( privé, collectivités territoriales etc..)

Les instituts Carnot

Ils favorisent la recherche partenariale avec des entreprises et sont financés par l’ANR

Les instituts hospitalo-universitaires : IHU

Ils se trouvent au sein des pôles d’excellence et developpent les thérapies innovantess,favorisent le transfert des découvertes vers le monde industriel

Les équipements d’excellence : EQUIPEX

Ce sont les constructions d’équipements de haut niveau dont les coûts de fonctionnement vont de 1 à 20 millions d’éuros. Ces équipements doivent être paratgés par la communauté scientifique et les industriels.

Projet NanoMax est l’un des trois volets de TEMPOS, lauréat de l’appel à projets EquipEx 2010. NanoMax est un microscope électronique en transmission (TEM) à ultra-haute résolution dont le but principal est d’observer et de caractériser in situ, à l’échelle atomique, la croissance de nano-cristaux (nanofils semi-conducteurs, nanotubes de carbone).

AUTRES SECTEURS FAVORISES

La santé et la biotechnologie, sciences du vivant pour faire émerger une bio-économie basée sur la valorisation des ressources du vivant

L’espace avec une dotation de 500 millions d’euros pour favoriser les actions dans le domaine spatial

AUTRES PROGRAMMES

Ils relèvent de la Mires mais ne sont pas pilotés par le MESR.

Les instituts d’excellence en matière d’énergies décarbonées : IEED

Pour travailler sur les sujets liés à l’énergie et formant des campus d’excellence qui regroupent des organismes de recherche, des industriels, des organismes de formation

L’ aéronautique et le nucléaire de demain

Pour renforcer la recherche en matière nucléaire et les réacteurs de 4e génération

Pour en savoir plus :

structure-et-fonctionnement


Mise à jour du 19/11/2019

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

this site uses the awesome footnotes Plugin